31/08/2022 | Angleterre

L'agriculture urbaine affiche de meilleurs rendements que l'agriculture conventionnelle

Dans de nombreux pays, l'agriculture urbaine est maintenant considérée comme un moyen fiable de renforcer l'autosuffisance alimentaire. La productivité de l'agriculture urbaine avait rarement été étudiée, jusqu'à cette étude menée par des chercheurs de l'Université de Lancaster (Royaume-Uni) qui révèle que l'agriculture urbaine et la culture hydroponique peuvent dépasser les rendements des fermes rurales.
 
Le projet Rurban Revolution rassemble une équipe interdisciplinaire qui s'attache à démontrer et à faire comprendre l'intérêt de la culture urbaine pour la sécurité alimentaire, la santé et l'environnement. L'étude a compilé des données sur l'agriculture urbaine de 53 pays.  
 
L'étude fait le constat que les rendements urbains de certaines cultures, comme les concombres, les tubercules et les laitues, sont 2 à 4 fois supérieurs à ceux de l'agriculture rurale. D'autres cultures atteignent des taux similaires ou supérieurs à ceux de l'agriculture rurale.
 
Certaines cultures comme les laitues, le chou frisé et le brocoli sont plus naturellement adaptées à être cultivées verticalement dans des espaces intérieurs que d'autres : "Vous ne pouvez pas exactement empiler des pommiers dans une chambre de croissance sur 5 à 10 couches",  a précisé le Dr Florian Payen, auteur principal et chercheur au Lancaster Environment Center, "bien que nous ayons trouvé une étude qui a réussi à faire pousser du blé empilé comme ça."
 
La culture hydroponique convient aux légumes aqueux, comme les tomates, mais aussi aux légumes-feuilles et à d'autres cultures. La culture dans des environnements entièrement contrôlés peut s'effectuer toute l'année, et permet plus de récoltes par an, ce qui entraine des rendements annuels supérieurs à l'agriculture en plein air.
 
L'agriculture urbaine peut renforcer considérablement l'approvisionnement en fruits et légumes frais pour des pays comme le Royaume-Uni, selon les scientifiques.
 
 
Consulter l'étude complète ICI
 
 
source : lancaster.ac.uk
 
 
 
© Copyright 2011 - Fructidor International - Tous droits réservés.